LA LETTRE DANS LA POMME AU FOUR
transcription d'Anne Cottier-Duperrex
Retour à la lettre manuscrite

7bre 1832

Dans une ¦
pomme au four ¦

Orlier, 1er Sept. 1832.

Tu m'as fait un grand plaisir mon cher Fritz en me donnant de tes nouvelles, et en m'apprenant que tu te maintiens par ton thème le premier de la classe, tu ne peux te faire une juste idée du plaisir que ressent ta petite mère, d'entendre l'éloge de ses enfans; car quand ils sont bien disposés de faire leur devoir à l'école, ils les remplissent également à la maison, presque toujours le contentement que donne la bonne conduite, influe sur l'humeur on est plus gai, plus docile et par conséquent plus sage, te rappelles tu la bonne grand mère et la tante Fany, tu leur disais étant petit Fitz est sage il l'est ben heureux j'espère que tu auras un bon témoignage, tu sais ce qu'on t'a promis pour récompense.

Madelle Julie fait au four demain, comme je lui demandais de me faire une pomme en cage : Si vous l'envoyez à Fritz je vous en ferai une me dit-elle, ainsi tu vois que tu es toujours son enfant gâté - Oh oui ce sera charmant je lui ferai une lettre et nous l'encagerons avec la pomme cela fera que notre correspondance ne sera lue de personne n'est ce pas ?
Si tu viens Samedi avec Mr Picot, je crois que ton bon papa viendra dimanche, alors vous retournerez ensemble ; tu iras à la cueillette des œufs et tu t'amuseras bien.

Oui mon cher petit je ferai tout mon possible pour me guérir, mais il n'est pas toujours en notre pouvoir de recouvrer la santé, tu sais que c'est Dieu qui nous fait jouir de ces biens, adressons nous donc à lui comme tu fais très bien mon enfant et si c'est sa volonté, nous serons tous bien heureux. Cependant cher enfant il n'exauce pas toujours nos prières, il sait mieux que nous ce qui nous est nécessaire et s'il juge à propos de me laisser une santé chancellante, résignons nous sans murmurer et demandons lui la patience nécessaire pour suporter les maux sans se plaindre - je serai encore bien heureuse au milieu d'une famille chérie, mes chers enfans redoubleront j'espère de zèle et de bonté auprès de moi pour me faire oublier mes maux, votre bon père qui fait tant pour moi aussi, nos parens, nos amis tous me rendent la vie si douce que je ne peux me plaindre je t'embrasse mon cher enfant en te priant de faire mille amitiés à l'oncle.